Jump to content

Troadegrafix

Premium Members
  • Content Count

    566
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    35

Everything posted by Troadegrafix

  1. Je fais Fichier> Exporter puis je règle les options d'export. Je suis en PDF/x-1a:2001 pour la norme. Aucune option de mise à l'échelle n'est appliquée, je fais toujours comme ça et ça fonctionne. En attendant j'ai recomposé mes pubs dans un nouveau document et ça a l'ait de fonctionner. J'attends la réponse du magasine. Et comme par hasard ce genre de chose arrive toujours quand t'es juste en timing, genre pub à livrer vendredi, j'étais bon, et je reviens ce matin avec cette nouvelle sur ma boîte mail... 🙄
  2. Hello. Je sais ce que c'est un forum plutôt axé 3d mais je demande à tout hasard, dans l'urgence... J'ai fait une mise en page sur InDesign à un format donné (une pub pour un magasine), et quand je l'exporte en pdf imprimable, il ne conserve pas le format et les fonds-perdus préréglés. C'est la première fois que je vois ça ! Une idée peut-être quelqu'un ? Merci d'avance.
  3. J'ai bien lu ? Tu vas donc bosser sur 2,40m d'écran ?? 😁Attention les torticolis ! 😉
  4. 😀 hahaha le screenshot de ouf ! Tu t'es fait plaisir au moins ! Je ne montrerais pas ça à mon chef info, il va criser...
  5. Salut Yanosh, Qu'as-tu acheté finalement comme écran ? A mon tour d'être dans cette question, je dois remplacer un bon vieux Dell 2408WFP après 11 ans de bons et loyaux services (oui nous sommes très économes ici au bureau...) qui commencent à sombrer, l'affichage se met à sauter de manière intempestive, les boutons se désactivent et je dois finalement débrancher à la sauvage, attendre 15mn que ça refroidisse puis rebrancher pour continuer à bosser... Autant dire que ça fait bien en pleine présentation 😁! Le benq sw2700pt cité par Boco a l'air tentant, mais plusieurs tests disent que c'est une loterie selon le numéro de série, sans compter la rémanence un peu faible. J'ai un samsung il y a longtemps qui avait une excellent colorimétrie mais une rémanence telle que dans 3dsmax j'avais l'impression d'être en mode fantôme, franchement gênant en modélisation... Perso, je cherche un 27" avec casquette, au moins équivalent au Dell 2408WFP que j'ai actuellement, voir mieux si possible avec un budget pas trop délirant sinon le chef informatique va péter un câble ici !
  6. A toute fin utile, sait-on jamais, j'ajoute mon expérience de la semaine dernière qui vient nuancer ce que je disais précédemment. Suite à un problème d'impression de notre imprimeur où l'ensemble des photos que j'ai réalisée sortaient avec un voile "rouge"... Je passe les détails de l'enquête qui a conclu que c'était en partie dû à la conversion RVB/CMJN de mes images et que l'opérateur PAO qui à bossé sur le sujet a oublié de contrôler. Au final on en a conclu que même en travaillant sur mon poste avec un écran calibré par sonde, il faut quand même contrôler la photo et ajuster si besoin chez l'imprimeur en pré-presse avant impression. Tout ça pour dire que la calibration d'écran et les profils ICC qui ne sont d'ailleurs pas lié qu'à l'écran mais aussi à la carte graphique qui gère l'affichage, bref...
  7. Je vais sûrement enfoncer une porte ouverte, mais est-ce seulement possible d'avoir strictement le même rendu d'une diffuse "neutre" affichée dans Photoshop et cette même diffuse rendu dans un environnement 3d (lumière extérieure, couleurs des murs, etc.) qui va forcément influencer et modifier les teintes brutes de ta map. Je dis ça en voyant le petit bout de rendu. Perso je suis dans le mobilier, et je travaille beaucoup avec des textures de décors mélaminés ou stratifiés que m'envoient les fabricants de panneaux décors, or j'ai aussi des échantillons réels de ce que donne ces décors, et bien il y a des écarts énormes entre la réalité et ce que m'envoient les fabricants eux-mêmes en fichiers numériques. Et pour finir, t'as beau te prendre la tête à bosser sur des écrans calibrés, ton rendu sera la plupart du temps affichés différemment sur tous les écrans du monde, auxquels s'ajoutent à ça les yeux de chacun (on est loin de tous voir la même chose), pour finir le seul intérêt réel de la calibration c'est quand l'objectif final est l'impression en quadri. Au final comme dit Pata, j'ajuste systématiquement les teintes en post prod. Rien trouvé de mieux. Bref je m'écarte un peu de ta demande initiale, 😅et malheureusement je n'ai pas de réponse pour la différence que tu présentes. Je ne comprends pas non plus pourquoi un profil ICC édité par une sonde ne suffit pas résoudre ce souci...
  8. Bon en relisant pas mal de sites traitant du sujet, visiblement il y a les textes de loi et il y a leur application dans la réalité. Les lois sont faites pour protéger les auteurs des abus (préjudices financier, image de marque, notoriété, diffamation, etc.), et c'est très bien, en faisant peur et en annonçant directement la peine maximale. Dans les faits, si ça passe devant un juge, globalement un certain bon sens à l'air de s'appliquer, et au final tout est affaire de proportions du "préjudice" subi. Dans certains cas, c'est clair, si Turbosquid et consorts se font de l'argent en vendant des modèles de bagnoles sans l'accord de la marque, le préjudice est facilement quantifiable. En revanche va calculer la manière dont un luminaire (les Dixon qu'on voit absolument partout par exemple) a contribué à "vendre" un projet d'archi ? Et dans le cas d'un décorateur d'intérieur, il est bien obligé de les présenter tous ces objets s'il veut les vendre à son client, dans l'intérêt de l'auteur au final d'ailleurs, donc bon, faut pas être plus royaliste que le roi. De même j'ai aussi lu (mais je n'ai plus la source) que la proportion de l'objet utilisé par rapport à l'image rentrait aussi en compte. Donc si tu mets un fauteuil Stark (Tony bien sûr pas l'autre😆) en fond à l'arrière-plan d'une photo d'archi, qui au final ne prend que 2% de la surface totale de la photo, a priori tu ne risques pas grand chose. Si à l'inverse ces objets sont systématiquement au 1er plan et prennent 1/4 de la surface de la photo où utilisés de manière à ce qu'il devienne le sujet principal, ça peut jouer aussi. Je suis tombé aussi sur un sujet connexe par exemple la manière dont le droit d'auteur s'applique quand l'auteur est salarié d'une entreprise. Il y a eu des cas passés au tribunal de créateur salarié qui se retourne contre l'employeur pour récupérer leurs droits. Deux visions des choses dans ce cas : 1 - le contrat de travail implique de lui même que le salarié cède tous les droits en acceptant que par nature son contrat et son job le lui demande. 2 - le principe d'accord tacite de cession de droits avec le contrat de travail salarié ne peut s'appliquer puisque comment peut-on céder des droits par avance sur des œuvres qui n'ont pas encore été créées et dont la nature et les gains sont de fait indéfinissables ?... Je crois me souvenir que le salarié, dans son cas bien spécifique, avait obtenu gain de cause, mais le juge avait précisé que cette décision ne saurait faire office de jurisprudence pour ne pas voir débarquer tous les graphistes de France dans les tribunaux. lol La solution pour ce cas de figure, négocier en amont du contrat un salaire fixe + une sorte de redevance/royalties sur les gains obtenus par la boîte grâce tes œuvres. Un peu comme les commerciaux, leur fixe et leur commissions. Mais bon courage pour négocier une telle chose !
  9. Oui c'est tout-à-fait logique en fait. Merci pour cet avis. Du coup, tout le monde le fait mais tout le monde se trompe. Ca me rappelle mes clients archi qui voulaient que je mette des fauteuils du Corbusier un peu partout, ou des œuvres d'art contemporain sur les murs... Pas très à l'aise déjà à l'époque, mais l'utilisation du visuel restait dans un cadre privé vraiment restreint. Bref du coup seule la règle de l'œuvre qui tombe dans le domaine public 70 ans après la mort de l'auteur s'applique, rendant l'œuvre a priori utilisable. Et encore ça vaut la peine de se renseigner plus précisément, il y a peut-être des ayants droits... Après, il faut donc négocier. C'est un commentaire qui n'a sans doute aucun poids juridique, mais il y a une certaine contradiction avec certains éditeurs de mobilier d'auteurs qui mettent à disposition des modèles CAO des mobiliers qu'ils vendent...
  10. Et bien parce que, de mémoire, la loi dit que toute œuvre de l'esprit, qu'il s'agisse d'art pictural, de sculpture, d'œuvre de design, etc, appartient exclusivement à son auteur, et qu'il a en principe un droit de regard sur toute utilisation qui en est faite, peu importe le support utilisé. Comme toi je suis toujours parti du principe que c'était profitable à tous dans la mesure où on ne souille pas l'image de l'œuvre, et qu'une image d'archviz valorise l'objet autant que l'objet valorise l'image, mais bien souvent, je pense des designers de renom n'ont en aucun cas besoin d'être valorisés par qui que ce soit d'inférieur à eux en terme de notoriété... Bref je pose la question car on m'a soutenu récemment que c'était rigoureusement interdit, et qu'il fallait au minimum faire comme les chinois, une inspiration de l'objet avec légère modif de couleur ou de forme de l'objet pour que ce ne soit pas considéré comme de la contrefaçon. Je trouvais ça un peu exagéré, c'est pas comme si on copiait l'objet et qu'on le vendait, mais bon, si c'est vrai, autant le savoir. Le site DesignConnected par exemple ne donne pas d'infos à ce sujet, et en même temps, étant hébergé en Bulgarie je crois, la loi ne s'applique peut-être pas de la même manière. EDIT : Cela dit, je me souviens que dans le cas d'un ancien job, mon boss avait la propriété intellectuelle des affiches qu'il réalisait (pas forcément très originale d'ailleurs en terme de création) et qui pourtant représentait des objets de design ou des produits appartenant à d'autres... Donc bon, c'est toujours un peu tordu ce sujet...
  11. Hello, Petite question simple, en archviz on aime bien meubler avec divers objets de décoration et du mobilier de designers réputés, mais est-ce vraiment possible, légalement j'entends ? Et sinon, à quoi bon acheter des modèles 3d sur des sites comme DesignConnected, 3dsky et consorts ? Je ne trouve pas d'infos de cet ordre sur DC par exemple.
  12. Il n'y a pas de soucis hein, toutes les expériences sont intéressantes à lire, mais c'est comme si quelqu'un demandait, "Je voudrais faire du théatre, comment faire au mieux ? T'as qu'à faire du cinéma..." C'est bien mais ce n'est pas le sujet. 😉 Bref c'est pas bien grave !
  13. C'est amusant comme la question de la rémunération d'un infographiste 3d vire quasiment systématiquement au comparatif salariat/indépendant...😆 C'est tentant bien sûr, mais ce n'est pas le sujet en fait, ou alors il faut créer un autre thread en parallèle, ce qui a déjà été fait je crois. Et encore c'est un faux débat il me semble, et comme celà a déjà été dit, chacun doit comparer le pour et le contre, les avantages et inconvénients, et au final doit se sentir bien où il est, dans son choix. Ca n'a pas vraiment de sens de dire, salariat c'est mieux que freelance et/ou inversement, c'est à chacun de voir comme il se sent dans un statut ou dans l'autre, et chacun doit trouver son ancrage professionnel. De toute évidence tout le monde n'est pas fait pour être à son compte, et inversement pour être sous les ordres d'une hiérarchie. Il n'y a pas de jugement de valeur à poser sur ce fait.
  14. D'accord avec tout ça mais c'est exactement le même principe avec des clients quand tu es indé, chacun cherche à tirer la couverture sur soi ! Mais ce n'était pas le cœur de la question ça, TROLL va ! 😁
  15. Je suis bien d'accord, mais assoir sa négo sur quelques critères et grille de salaire de ce type, fourchette par tranche, peut permettre de conforter sa demande et de la faire valoir avec des arguments cohérents et pouvant avoir un poids auprès d'un dirigeant. Bien sûr il y a toujours des cas de figures délirants, mais en France on aime bien mettre les gens dans des cases donc, je ne fais que m'accorder avec une habitude quand même bien ancrée. Au final, j'ai fait ma demande et après avoir argumenté principalement avec les critères concrets de compétences dont bénéficie la boîte, j'ai appliqué la bonne vieille méthode du "demander plus pour avoir à peu près ce que je souhaite"... Roulement de tambour... et là, page du pub, réponse à la rentrée ! Sur ce genre de forum, pas besoin de convaincre, on l'est tous... Mais face à des gens qui ne sont pas du tout de la partie et qui se foutent du comment et du pourquoi tant qu'on pond des images à la chaîne, ce n'est pas franchement pas simple de faire valoir ce métier. C'est plus simple quand tu peux dire "j'ai vendu 50 bagnoles ce mois-ci, et je vous ai rapporté tant de pognon", nous "je vous ai pondu 10 photos 3d, on a communiqué avec, etc", mais bien difficile de savoir combien ça a rapporté à la boîte, le retour étant trop indirect et pas quantifiable précisément. Bref...
  16. De toute manière, selon la personne qu'on a en face de soi, tout critère qu'on pense objectif en tant que salarié peut être caduque, certains s'en foutent comme de l'an 40 et ne jugeront utile de valoriser le salarié qu'en fonction de leur bon vouloir, de leur humeur du jour, et du feeling qu'ils ont avec lui, mais ça ne coûte rien de prendre quand même en considération ces critères qui permettent quand même de donner des indications pour rémunérer correctement une profession, et donc de tenter une négo. Et en fait, même le dirigeant qui joue le rôle du mec acariâtre, au final, le but est toujours le même, intimider et payer le moins possible. Bref si les tranches de salaire que j'ai noté vous semblent cohérentes ainsi que le reste, c'est à peu près tout ce que je souhaitais avoir comme confirmation. Quant aux critères sur le confort de vie province/ville, ils sont àmha trop subjectifs pour être pris en compte, préférence grosse ville, ville de province ou campagne, chacun voit, mais à mon sens ça ne regarde pas l'employeur, sauf en cas de mobilité pro voulue et imposée par l'employeur, mais sinon c'est à considérer soi-même. Vous imaginez la réplique :"Vous êtes bien à la campagne donc pas besoin de vous augmenter..." Parti comme ça, alors : "vous aimez votre job, alors pourquoi devrais-je vous payer ?"... Retourner en indépendant, perso, ça me tente parfois, mais j'y renonce très vite ! Les inconvénients pèsent trop dans la balance...
  17. J'ai bien conscience de l'argument "personne n'est irremplaçable" que peuvent balancer les patrons, et clairement personne ne l'est, c'est clair, mais à quel prix ? Temps de latence pour recruter + temps d'adaptation à un secteur d'activité précis, et temps d'adaptation au produit, etc, etc, sont autant d'éléments à prendre en considération qui peuvent être très inconfortable pour une boîte, du moins momentanément. Le marché local de l'emploi est en effet à ajouter aux critères de réflexion. Toutefois, comme beaucoup d'arguments, c'est à double tranchant. Les métiers de la 3d sont quand même clairement concentrés dans les villes, on trouvent donc plus d'offres et plus de main d'œuvres aussi dans les villes. S'ajoutent à ce constat le turn over assez important dans ce genre de profession, c'est donc une main d'œuvre qui va réfléchir à deux fois avant d'aller s'enterrer à la campagne loin du marché de l'emploi. Bref, donc personne n'est irremplaçable, oui, mais c'est une vérité à nuancer.
  18. Salut, Je relance ce sujet car on a le cas ici au bureau en ce moment. Ma boîte ne connait pas du tout le marché de l'emploi pour ce genre de job, et j'aimerais leur apporter des éléments de réflexion pour argumenter. L'idée n'est surtout pas de relancer un grand débat, je leur fait une petite grille salariale avec des tranches de revenus et des critères à prendre en considération, sans rentrer dans le détail, et j'aimerais juste avoir votre avis, pour ajuster au mieux, afin d'être dans les clous, sans exagération dans un sens ni dans l'autre. Après avoir relu pas mal de chose sur le net et avoir fait le tri il en ressort à peu près les paliers suivants constatés selon des critères ci-dessous. Le but peut être une négociation de départ et/ou renégociation dans ce cas présent. Critères : - satisfaction du travail effectué / montée en compétences, - augmentation du coût de la vie, - province ou grande ville, Edit : ajout du critère : - marché de l'emploi local. - taille de l'entreprise et performance financière de la boîte, - expérience du profil et rémunération exprimée en net à chaque selon critères précédents : débutant = infographiste 3d "junior", de 0 à 3/4 ans d'expérience. 1400€ net à 2000 €net expérimenté = infographiste 3d "senior", plus de 4 ans d'expérience. 2000 € à 2800€ infographiste 3d senior confirmé voire expert, 5 -10-15 ans d'expérience et plus. 2800€ net et + Au delà, concerne des postes à responsabilité plus importante, infographiste 3d chef de projet, cadre, etc 2800 à 5000€ et + - avantages divers : 13e mois, mutuelle, PEE... - facteur humain, relationnel, feeling avec la direction, non mesurable mais ça peut jouer, - plan de carrière envisagé le cas échéant, - ajout et diversification de tâches annexes demandant d'autres compétences que les softs de 3d purs (mise en page de documents divers sous InDesign, publicité, brochure, etc..., petits montages vidéo sous Premiere, bientôt plus développé avec AfterEffect...). Question subsidiaire sur ce dernier point loin d'être anodin : dans un cas de figure où vous êtes embauché initialement pour une tâche précise (créa d'image 3d) et qu'au fil du temps vous vous retrouvez avec de nombreuses tâches annexes demandant des compétences et connaissances d'autres softs et auxquelles vous pouvez répondre grâce à votre carrière (ce que d'autre profils exclusif 3d ne sauraient pas forcément faire à votre place), il semblerait normal de demander un bonus afin de valoriser cette polyvalence non ? Je ne râle pas sur le fait d'être polyvalent et que la boîte en profite, ça me parait normal et ça permet de diversifier les tâches, mais ça bénéficie clairement à l'entreprise qui n'a pas besoin d'externaliser et donc de payer en plus pour ces tâches. A combien estimeriez-vous ce "bonus polyvalence" en prenant en compte que ces tâches prennent de 10 à 15% du temps global de l'année. Voilà, ce n'est peut-être pas exhaustif mais ça constitue je pense une bonne base. Merci d'avance pour vos avis, précisions éventuelles.
  19. - 2 postes : Intel Xeon W-2155 3,3GHz et Intel Xeon E5-1650 v2 3,5GHz sur config Dell. Ca fait le job. Pas trop d'élément de comparaison. - Pas de nodes - La précédente machine a fait 8 ans. 4 ans avant que j'arrive en poste et 4 ans avec moi... - Avez vous eu de mauvaises expériences ? Ben la durée d'utilisation de la vieille bécane, mais ça ce n'est pas lié au processeur... Sur le w2155, je constate toutefois quelques freeze du pc pendant un rendu si j'ai le malheur de toucher à Photoshop ou d'utiliser Firefox en même temps.
  20. Oui ! Fasciné moi aussi, j'admirais les images sur SVM Mac. 20 déjà ?? Ah bah oui... Ouh pinaise !
  21. Ce rendu de "fake médoc' ne date que de 2010 à peu près, mais j'avais déjà quelques bonnes notions on dira. Si on sort les dossiers nostalgie, j'en ai de beaux aussi !😁 Mes vrais débuts étant aussi sur Bryce sur un Macintosh Performa ! Même pour la déconne je ne sais même pas si j'oserais poster mes premiers essais tellement c'était laid ! Et j'ajoutais des persos avec Poser. En fait je testais tout ce qu'il y avait en 3d dispo sur Mac, à savoir pas grand chose. Ah si, il y avait Strata Studio et Amapi 3d ! Le tout, sauvegardé sur des Iomega Zip de 100Mo puis des Jaz de 2Go de mon père !! La méga classe quoi ! En fait, comme pour la journée des pulls moches, on pourrait lancer la journée des rendus 3d moches ! Avec un award à la clé !
  22. Pas depuis la dernière qui a déjà 2 ans. Tu ne connais pas le Safecdal ? Le "ça fait que dalle" ? Un super placebo pour les petits bobos du quotidien ! Je m'étais juste amusé à le mettre en forme.
  23. ... rejoint l'apprentissage de la paternité ! 😄 Je retrouvé un vieil exercice à mes débuts avec Vray il y a quelques années. Toujours d'actualité en ce qui me concerne !
  24. Un détail, mais quelques gouttes d'eau floutées sur l'objectif ?
  25. Il y a bien une section Sketchup alors pourquoi pas... 😁
×
×
  • Create New...